William Thay pour le JDD : “Twitter devient la police de la pensée”

William Thay, président du Millénaire, think-tank gaulliste spécialisé en politiques publiques, raconte la suspension pendant quelques heures de son compte Twitter. 

L’apparition des réseaux sociaux a profondément changé le rapport des citoyens avec la démocratie. Internet, qui s’était initialement créé sur le principe d’ouverture, se ferme progressivement de plus en plus et dénature le débat public. J’ai été victime comme de nombreux internautes d’une suspension de mon compte Twitter et j’ai souhaité raconter ce qu’il m’était arrivé pour alerter. Alors que les réseaux sociaux devaient permettre à tout le monde de s’exprimer librement, ils sont devenus les nouveaux censeurs de la parole. Désormais, ce n’est plus l’État et le législateur qui fixent le cadre de la liberté d’expression mais les plateformes numériques.

De Mélenchon à la suspension

Mon histoire débute par un développement (thread en langage Twitter) sur le programme économique de Jean-Luc Mélenchon le 2 juin dernier. Je développais dans celui-ci pourquoi selon moi son plan de relance n’allait pas fonctionner en prenant en comparaison les échecs des plans Chirac en 1975 et Mauroy en 1981. Ensuite, j’ai affirmé que Mélenchon « tue des policiers, parce qu’il alimente un discours anti-flic ».

Ces deux propos sont corrélés en termes de date à la suspension de mon compte Twitter ainsi que certains de mes collègues de mon cercle de réflexion. Si ces propos sont engagés, ils respectent la liberté d’expression garantie par le bloc de constitutionnalité. Cependant, Twitter est maitre dans son domaine, et l’expression sur la plateforme doit se plier au respect des fameuses Conditions générales d’utilisation ou CGU, que chaque internaute accepte lorsqu’il s’inscrit.

Le long chemin pour récupérer son compte

Mon compte Twitter a ainsi été suspendu comme ceux de certains de mes collègues. À notre surprise, nous n’avons pas reçu d’explications justifiant cette décision. Cette situation vous laisse peu d’options pour le récupérer. En effet, la plateforme peut suspendre des utilisateurs, supprimer des messages que le réseau social considère comme non compatible avec ses CGU. Les raisons sont donc larges et suffisamment floues pour offrir une grande marge d’appréciation par Twitter. La plateforme dispose ainsi d’un pouvoir arbitraire lui permettant de réguler l’espace d’expression favori des personnalités politiques.

Grâce à l’appui de différentes personnalités politiques ou médiatiques qui ont eu le courage de porter l’affaire sur la plateforme, j’ai pu retrouver l’usage de mon compte Twitter L’entreprise m’a ensuite expliqué les raisons de ma suspension qui serait en raison d’une violation de politique de spam et m’a demandé de faire amende honorable à ce sujet. Pour cela vous disposez de deux options, soit vous vous y conformez pour retrouver l’usage du réseau social soit vous refusez pour y subir votre mort sociale puisque vous ne pouvez plus créer d’autres comptes.

Mais pour mon cas personnel et chanceux qui a touché plusieurs personnalités, combien de Français ne disposent pas de cette chance ? Combien de Français sont suspendus et donc discriminés de façon arbitraire alors que des comptes haineux continuent de proliférer sur cette plateforme ? À ce titre, certains comptes de membres du cercle de réflexion ne disposent pas à ce jour des raisons motivant leur suspension, alors même certains sont élus de la nation donc représentant du peuple.

Le malaise démocratique

J’ai ainsi été victime des mêmes problèmes que rencontrent les utilisateurs de Twitter. La plateforme n’est désormais plus un lieu de débat mais celui d’une arène pour savoir qui aura le droit à la parole. Nous faisons face à une stratégie de signalement de la part de collectifs pour abattre les personnes qui ne pensent pas comme eux. L’objectif n’est plus de mettre en lumière les failles de l’argumentation mais davantage de leur retirer la possibilité de s’exprimer pour les invisibiliser de l’espace public.

Même si je possède de forts soupçons, je ne saurais jamais si j’ai été victime de cette stratégie de la part de l’équipe de Mélenchon. Mais cela interroge fortement sur la capacité à prendre en compte les opinions des autres, ce qui est fondamental dans une démocratie. Ce sentiment serait encore plus renforcé par la fascination de NUPES et de son leader pour certains régimes autoritaires !

Plus largement, mon expérience comme celle d’autres utilisateurs victimes d’insultes, de harcèlement et de censure pose des questions démocratiques sur une plateforme qui devient le régulateur de la parole publique. Est-ce qu’un État souverain de surcroit comme la France peut déléguer le contrôle de la liberté d’expression à un géant du numérique ? Est-ce que certains problèmes démocratiques que nous rencontrons ne pourraient pas être résolus si le pouvoir politique et le peuple ne décidaient pas de reprendre le contrôle ?

La révolution internet a permis de belles avancées pour l’humanité, et il s’agit d’un progrès à préserver. Cependant, le projet originel est victime de dérives : la folie des dirigeants de ces plateformes qui agissent comme étant supérieurs à des états souverains et l’évolution de certains collectifs qui pervertissent la démocratie. Ces derniers préfèrent exclure les personnes du débat plutôt que de confronter les arguments. Ainsi, revenons à l’esprit originel de la démocratie pour revenir au débat, et j’espère que mon cas personnel pourra interroger et susciter les débats sur le rôle de ces plateformes.

William Thay, président du Millénaire, think-tank gaulliste spécialisé en politiques publiques.

Pour nous soutenir face à Twitter ou nous rejoindre pour rendre sa grandeur à la France

Crédit Photo : Image Twitter par Geralt via Pixabay sous Pixabay License

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.