Une politique industrielle française du XXIème siècle

La crise sanitaire a conduit à un changement de mentalité des citoyens et des décideurs publics pour remettre en avant plusieurs thématiques comme la réindustrialisation. La politique industrielle souffre en France de carences suite à une désindustrialisation excessive ces dernières décennies. Souhaitée ou subie, inexorable ou anticipée, la désindustrialisation est de facto la tendance majeure de notre économie. Ce mouvement s’inscrit plus largement dans une grande majorité des pays occidentaux, avec une volonté des décideurs publics de délocaliser l’appareil productif vers les pays émergents. Cela a permis pendant un certain temps de soutenir le pouvoir d’achat des classes intermédiaires et populaires après les deux chocs pétroliers

Au-delà du manque de volontarisme, certains choix économiques et industriels discutables sont à l’origine du déclin industriel français. Les élites politiques et managériales ont négligé les mutations industrielles mondiales telles que la désectorisation ou la territorialisation des filières industrielles. La concurrence intra-européenne au sein du marché unique, à l’heure où ont émergé les concurrents asiatiques, a également accéléré le déclin industriel français. En effet, nous n’avons pas su appréhender les grandes mutations engendrées par la mondialisation qui a conduit à renforcer la concurrence étrangère sur notre industrie à bas cout aussi bien par les pays émergents que d’autres pays européens possédant un cout du travail moins élevé. De l’autre côté, nous n’avons pas su nous placer suffisamment rapidement sur des produits à haute valeur ajoutée plus en phase avec notre modèle économique et social reposant sur des salaires minimums assez élevés.

Afin de promouvoir une politique industrielle française du XXIème siècle, nous avons souhaité nous inspirer des pays est-asiatiques. Il ne s’agit pas de promouvoir un interventionnisme de l’état tout azimut ou de revenir à des politiques keynésiennes inadaptées à notre époque. Il s’agit plutôt d’identifier les ressorts d’une politique industrielle efficace, qui repose sur la libre concurrence où l’État interviendrait davantage pour créer un écosystème favorable.

Ainsi, les politiques industrielles menées par les pouvoirs publics asiatiques, dont les choix et les objectifs diffèrent, sont autant de modèles industriels à étudier pour repenser le rôle de l’État dans le pilotage d’une politique industrielle nationale. Quels sont les principaux continuums des politiques industrielles asiatiques pour réussir à s’intégrer dans la mondialisation ? La politique industrielle est au service d’une stratégie commerciale de croissance pilotée par le politique (I), soutenue par l’institutionnalisation de « champions nationaux » et par la rationalisation des filières industrielles (II) et dont le système national de R&D est orienté vers les besoins de la société (III).

Par William Thay, Président du Millénaire, et Matthieu Hocque analyste du Millénaire


Pour nous aider à bâtir une nouvelle politique industrielle pour la France ou nous rejoindre pour rendre sa grandeur à la France

Add a Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.